Partagez
 

 dominos / tamy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lewis MacKinnon
Lewis MacKinnon

❝ you picked the wrong guy ❞

♦ messages : 74
♦ copyright : dude / tumblr
♦ dc : nope
dominos / tamy Tumblr_lyewtuWKdf1qk6kv8o1_500
♦ statut : en cours de divorce
♦ quartier : logie

dominos / tamy Empty
MessageSujet: dominos / tamy   dominos / tamy EmptyDim 1 Sep - 8:37

Il y a un moment dans votre vie où vous vous asseyez sur le canapé et vous faites le point. Pour Lewis MacKinnon, ce moment était arrivé... Depuis presque huit mois. Ce qui le rendait plus ou moins insupportable, car le bilan était du genre... Carrément négatif. Mais il y avait des bons côtés à cet état de doute hyperbolique (Descartes serait fière de lui !). En effet, il était tellement insupportable qu'il avait poussé Bonnie et son mari Bob a sortir un soir au restaurant. Ca n'arrivait d'habitude jamais car ils n'avaient jamais le temps de rien, mais devant l'idée de passer une autre soirée à supporter Lewis et ses plaintes incessantes ils s'étaient enfin décidé à prendre une soirée loin de la maison. « Donc tu es absolument sûr de pouvoir passer la soirée seule ? » Demanda une dernière fois Bonnie, belle à en mourir dans sa robe du soir, tout en se mettant des boucle-d'oreilles hors-de-prix. Lewis mit une main sur son coeur, comme affreusement touché par cette remarque dégradante. « Ca me blesse beaucoup que tu penses que je ne suis pas capable de garder mon neveu. La soirée va être cool, hein mec ? » Dit-il en se tournant vers Damian, ledit neveu, de cinq ans, qui, quant à lui, regarda sa mère avec une lueur de désespoir dans ses yeux du genre "s'il vous plait, ne me laissez pas avec lui..." Bonnie lui fit les gros yeux et attrapa sa pochette. Et juste pour être sûre, avant de passer la porte, elle attrapa la cassette du mariage de Lewis et Lana, qui n'arrêtait pas de repasser en boucle dans le magnéto ces derniers temps. « Oh sérieusement, tu me connais mal ! Je n'allais pas du tout la regarder... » Voix pas le moins du monde convaincante accompagnée d'un regard vide du genre "et merde, qu'est ce que je vais faire du coup ?"

Nous y voilà, une heure plus tard. Lewis était face à Damian, qui coloriait son catalogue de coloriage, en faisant bien attention à ne pas dépasser la ligne. « Bon.. alors qu'est ce que tu veux faire ? Une bière ? » Dans l'esprit de Lewis un tonton doit faire boire la première bière à son neveu.. Sauf que Damian n'avait que cinq ans.. « Ok, mauvaise idée. » Et donc, ne sachant vraiment pas quoi faire, Lewis alla dans la chambre d'ami, reconvertie en sa chambre. Il prépara son pyjama... Enfin... son t-shirt du concert de Bon Jovi et son caleçon mode grand-père à carreau. Après une longue douche du soir il ressorti donc, vêtu de cet attirail et alla vérifier que Damian allait bien : RAS. Il se dit donc qu'il était temps de faire à manger. Un hamburger pré-chauffé et des frites surgelées feront l'affaire. Il posa une assiette devant Damian et quant à lui il alla sur le balcon , croqua dans son hamburger et fit tomber la sauce sur le balcon du dessous. Horrifié à l'idée de Mr and Mrs Johnson puisse le soupçonner, il s'accroupit par terre pour être hors de tout angle de tir. Et là, il se souvint de la fois où Lana et lui étaient entré en douce dans les coulisses de leur pièce de théâtre favorite pour qu'elle puisse rencontrer le metteur en scène. Quand le vigile s'étaient pointés, ils s'étaient planqué dans la salle des costumes et y étaient restés pendant plus de deux heures...

Nous y voilà, deux heures après le départ de Bonnie. Lewis était entrain d'aligner son quarante-troisième dominos dans le salon. Il avait viré le petit de la table basse pour pouvoir y faire son "toboggan de dominos" et le petit Garner était donc dans un coin de la pièce, crayon en main, entrain de continuer sa "montagne enneigée" sur le mur à côté du piano. Popotin en l'air, la main tremblante le quarante-quatrième dominos allait bientôt atterrir. Quand soudain, bruit de sonnette. Lewis sursauta et bing.. quarante-quatre dominos par terre. Notre protagoniste était à deux doigts de s'effondrer avec les dominos en se disant que ces dominos étaient une métaphore pour sa vie entière. A la place, il se reprit en main et se leva. Il ne réfléchit ni à sa tenue, ni à son neveu, ni à l'état du salon quand il ouvrit la porte.

_________________
ranulf is
a jerk
Revenir en haut Aller en bas
Tamara Walks
Tamara Walks

YOU LOST THE LOVE
I LOVED THE MOST

♦ messages : 176
♦ copyright : sugar slaughter & tumblr
♦ dc : non
dominos / tamy Tumblr_mblqxsqPQc1qkdght
♦ statut : mariée et mère d'une adolescente
♦ quartier : logie

dominos / tamy Empty
MessageSujet: Re: dominos / tamy   dominos / tamy EmptyDim 1 Sep - 9:34

lewis & tamara

J'avais travaillé tard, encore une fois. Assise à mon bureau, je terminais de rédiger mon rapport sur les résultats obtenus au cours de la journée. Une sale affaire, vraiment, une de celle qui te mine le moral et te rend terriblement inquiète. Un père n'avait visiblement pas supporté le divorce avec sa femme et pour se venger, il avait enterré vivants sa femme et ses deux enfants, avant de se donner la mort. Je n'imaginais même pas ce que pouvait ressentir un médecin légiste en ouvrant le corps d'un enfant à peine âgé de 6 ans. C'était terrible et rien que d'y penser, j'en avait la nausée. Un peu fébrile et surtout épuisée, je finissais par déposer mon stylo avec les autres et refermait le dossier avant de le glisser dans mon tiroir que je refermais à double-tours, comme toujours. J'attrapais mon téléphone et remarquais que je n'avais pas moins de 5 appels manqués, tous de Greg et quelques sms aussi. Et vu l’orthographe douteuse, je comprenais aussitôt qu'il avait bu. Je soupirais, dépitée, n'ayant vraiment aucune envie de rentrer. Malheureusement, je n'avais pas d'autres choix, Alex avait prit quelques jours de congé et je ne voulais pas venir squatter chez lui tout le temps, il allait finir par se douter de quelques chose et c'était bien la dernière chose que je voulais en ce moment. Parce que je connaissais trop bien Alex et je savais qu'il n'allait pas pouvoir s'empêcher de s'en mêler, pour m'aider. Et même si ses intentions s'avéraient être louables, je savais que ça se finirait mal.

J'avais donc trainé volontairement. Rangé et re-rangé mon bureau jusqu'à ce qu'il soit parfait. J'avais fait le tour de l'étage pour m'assurer qu'il ne restait plus personne de mon équipe. Je refusais que les autres fassent des heures supplémentaires et vivent la même chose que moi. Je m'arrêtais un instant à la machine à café, trainant devant sans parvenir à me décider sur ce que je voulais. Je soupirais, incapable de mon concentrer là-dessus. Je ne faisais que de penser à Greg et je devenais de plus en plus nerveuse. Je passais une main sur mon front et soufflais, cherchant à me calmer et à me raisonner pour me rassurer. On allait juste se disputer ou peut-être même pas. Peut-être serait-il déjà couché et endormis et je n'aurais qu'à me glisser dans le lit de la chambre d'amis, tout simplement. Résignée, je regardais ma montre et réalisait qu'il commençait à se faire tard, tellement que l'équipe de nuit arrivait déjà, s'installant doucement dans les locaux. Je n'avais plus d'autres choix, plus d'excuses maintenant. Je retournais à mon bureau, récupérait toutes mes affaires, enfilait manteau et sac-à-main et fermait la porte à clé derrière moi. Et tandis que je commençais à descendre les escaliers, une voix m'interpella. Tamara ! Je m'arrêtais, accrochée à la rampe et pivotais la tête pour reconnaitre Louise, une des filles de l'équipe de nuit. Elle me rejoignit en me tendant un bijou que je ne connaissais pas. Bonnie a oublié ça, comme tu la vois la journée, je me suis dit que je pourrais te le donner pour que tu lui rendes demain. La chance me souriait enfin. Je hochais la tête et attrapais le petit bracelet doré. Pas de soucis Louise, je m'en occupe, merci. Je glissais l'objet dans la poche de ma veste et descendait rapidement les escaliers pour rejoindre le parking.

Je n'allais certainement pas attendre demain pour rendre le bijou à Bonnie, j'étais bien décidée à y aller dès ce soir, me permettant ainsi de faire un détour et de perdre encore du temps. J'espérais même que Bonnie me fasse entrer un petit moment, le temps de m'offrir une boisson ou pourquoi pas de me joindre à leur diner s'ils allaient passer à table. Je croisais les doigts pour qu'une de ces options se présentent à moi. Je me garais devant chez elle et venait sonner à la porte, essayant de faire bonne figure. Mais lorsque la porte s'ouvrit, je restais stupéfaite. Un parfait inconnu dans une tenue plus que douteuse se tenait là, dans l'encadrement de la porte. Un peu gênée, je m'efforçais de le fixer dans les yeux et il me fallut quelques secondes pour retrouver mon sang froid et être capable d'aligner deux mots à la suite sans bégayer. Euh, je viens voir Bonnie, je suis une collègue. Tamara. L'espace d'un instant, je me demandais s'il ne s'agissait pas de son amant et je restais choquée à l'idée que Bonnie soit ce genre de femme-là. Mais doucement, je me souvenais de ce frère dont elle m'avait parlé ces derniers temps, venu vivre chez lui et qui restait collé au canapé comme un parasite. Mon visage devenait aussitôt plus froid et je me redressais un peu, retrouvant toute ma confiance en moi. Je jetais un regard à l'intérieur et constatais avec désarroi l'état du salon. Mais pire encore... Je tendais le bras et désignais quelque chose à l'intérieur avec mon index avant de déclarer : C'est normal que Damian dessine sur le mur ? Je haussais un sourcil, un peu sceptique quant à l'efficacité du garçon. Car vu l'état avancé du dessin, Damian n'avait pas commencé uniquement depuis que j'étais arrivée, mais depuis un petit moment déjà. Pauvre Bonnie.

_________________
❝ I hear the birds on the summer breeze, I drive fast. I am alone in the night, been tryin' hard not to get into trouble, but I, I've got a war in my mind. So, I just ride, just ride, I just ride, I just ride. ❞
Revenir en haut Aller en bas
https://stopthief.forumactif.org
Lewis MacKinnon
Lewis MacKinnon

❝ you picked the wrong guy ❞

♦ messages : 74
♦ copyright : dude / tumblr
♦ dc : nope
dominos / tamy Tumblr_lyewtuWKdf1qk6kv8o1_500
♦ statut : en cours de divorce
♦ quartier : logie

dominos / tamy Empty
MessageSujet: Re: dominos / tamy   dominos / tamy EmptyDim 1 Sep - 10:58

Le regard déviant de l'inconnue laissait planer une question : petit a, elle était totalement attiré par ce caleçon et notamment ce qu'il y avait derrière le caleçon, petit b, elle était choquée de voir un homme dans un tel accoutrement l'accueillir à l'entrée de chez les Garner. Ok, c'était probablement la deuxième solution. Pas probablement, en réalité ça l'était très certainement. D'ailleurs cette théorie fut rapidement vérifier devant les bégaiements de cette femme : « Euh, je viens voir Bonnie, je suis une collègue. Tamara. » Voilà ce qui poussa Lewis à se montrer lui-même de ses pouces pour mettre les choses au claires : « Je suis le grand frère, Lewis. »  D'ailleurs "grand" frère n'était pas forcément bien employé et pas simplement parce qu'il ne faisait que trois centimètres de plus que sa petite soeur. Simplement on ne pouvait pas dire que Lewis avait l'air très mature dans cette tenue. Cela sembla la rassurer quelques peu puisqu'elle reprit un brin d'assurance. Cependant une nouvelle question taraudait l'esprit de Lewis : qu'est-ce qu'une collègue de boulot venait faire ici ? La réponse lui apparut rapidement : Bonnie était genre, une accro au boulot. Cela devait être habituel pour elle de recevoir ses collègues à une heure si tardive. « Bonnie n'est pas là, elle est à un rencard. » Deux secondes de pose et la tête de cette fille venait de de se transformer à nouveau. « Avec Bob, son mari. Bonnie est mariée... » Pause. « Et quand on est marié on va au restaurant... on sort... au cinéma et.. » C'était souvent comme ça, Lewis se perdait dans ses pensées, nostalgique du temps béni où il avait encore une femme. En application je veux dire car même si légalement il était encore marié toutes ces petites choses de couple lui manquaient horriblement. C'était notamment ce genre de monologue qui rendait Lewis insupportable pour tout humain vivant sur cette Terre. Mais la collègue qui était ingénieuse ou bien simplement distraite, sauta du coq à l'âne pour faire une remarque utile, ce qui serait bien la première de la soirée. « C'est normal que Damian dessine sur le mur ? » Lewis arrêta de regarder dans le vide en balançant des exemples de choses que seule un couple peut faire comme : « Quoi ? »  Et puis il se retourna, et constata qu'effectivement, son neveu de cinq ans était entrain de dessiner sur le mur. Horreur, malheur. Cette maison était pire que celle de "Monsieur Propre" si Bonnie et Bob découvraient cela, la troisième guerre mondiale serait lancée dès ce soir. Lewis se jeta donc sur son neveu, laissant la porte ouverte afin de laisser entrer la collègue, et lui arracha son crayon des mains et il fit ce qu'il faisait toujours : le regarder avec ses yeux de gamins tristes à la manière de ce chat dans Shrek. Lewis serra les dents. Merde, ce regard il avait tant de mal à y résister. Voilà pourquoi, au lieu de le disputer, il eut ce qu'il préférait appeler "une idée pédagogique". « Ok, voilà l'idée, tu vas chercher l'éponge et tu essayes de nettoyer ça, et si tu y arrives en moins de deux minutes, t'aurais un gâteau... » Il essayait d'adopter une mine enthousiaste mais Damian croisa les bras, pas très convaincu. « ... Un jeu vidéo ? » Et le gamin courait déjà vers la cuisine. Légèrement gêné de cette scène, Lewis se tourna vers Tamara, une main derrière la nuque et tenta un sourire. Bof. Il n'était pas très sociable à la base mais ces derniers temps c'était encore pire. On ne pouvait pas dire qu'il avait de la conversation, ni qu'il disait des choses appropriées. Mais ce n'était pas tellement la chose la plus dérangeante là, ici, et maintenant. Car il remarqua, encore une fois, un nouveau coup d'oeil sur le caleçon et désormais c'était sûr et certain, ce n'était pas parce qu'elle le trouvait génial. « Je devrais aller enfiler un pantalon. Je reviens, mettez-vous à l'aise. » Et quand c'est un homme en caleçon qui vous dit "mettez-vous à l'aise" on ne pouvait pas dire que ça mettait à l'aise. « Je veux dire, asseyez-vous, il y a des bières dans le frigo. » Et rapidement, avant de dire plus de connerie qu'il ne pouvait l'imaginer il s'éclipsa jusqu'à la chambre d'ami et attrapa le premier jogging qui traînait, l'enfila légèrement de traviole, s'ébouriffa les cheveux pour se donner du courage pour avoir une discussion normale avec quelqu'un qui n'était pas de sa famille et puis revint au salon. Elle était encore là, n'avait pas fuit à toute jambe. Lewis lui lança un nouveau sourire tordu et commença à ramasser péniblement les dominos étalés partout par terre. « Alors, qu'est ce qui vous amène ici à cette heure-là ? » Au même moment il marcha sur l'un des dominos, et étouffa un gémissement de gamine. Porter des chaussons : sur la liste. Oh et nouveau gémissement, Damian n'était pas réellement entrain d'effacer avec une éponge légèrement humide son dessin, du moins s'il essayait, c'était loupé. Car il était plutôt entrain de créer un lac artificiel dans le coin de la pièce.

_________________
ranulf is
a jerk
Revenir en haut Aller en bas
Tamara Walks
Tamara Walks

YOU LOST THE LOVE
I LOVED THE MOST

♦ messages : 176
♦ copyright : sugar slaughter & tumblr
♦ dc : non
dominos / tamy Tumblr_mblqxsqPQc1qkdght
♦ statut : mariée et mère d'une adolescente
♦ quartier : logie

dominos / tamy Empty
MessageSujet: Re: dominos / tamy   dominos / tamy EmptyMar 3 Sep - 15:40

lewis & tamara

« Je suis le grand frère, Lewis. » Voilà qui confirmais mes doutes. J'esquissais un sourire forcé, toujours pas très à l'aise face à la tenue inappropriée du garçon. Aussi gentil pouvait-il être, je plaignais sincèrement Bonnie de vivre avec lui et je comprenais mieux ses plaintes incessantes sur son "empoté de frangin". Et je ne savais d'ailleurs pas comment elle pouvait confier son fils au dénommé Lewis. A moins que l'idée soit que Damian garde Lewis, auquel cas, ça aurait déjà plus de sens. Je me mordais la joue et me disputais en silence devant mon manque de sympathie. Je ne connaissais pas ce garçon et il ne m'avait pour l'instant rien fait, à part me brûler les prunelles avec son caleçon douteux. Je n'avais donc en aucun cas le droit d'émettre un quelconque jugement et surtout pas un aussi critique. J'inspirais un grand coup, me faisant la promesse d'être un peu plus tolérante avec mes semblables. Oui, oui, même ceux qui n'étaient pas des scientifiques. « Bonnie n'est pas là, elle est à un rencard. » Je blêmis instantanément en entendant ses paroles. Un rencard ?! Ce n'était pas le genre de rendez-vous qu'on avait lorsqu'on était célibataire et à la recherche d'un compagnon ? Ou lorsqu'on avait un amant peut-être... ? Ma mine choquée le fit visiblement réaliser l'ambiguïté de ses paroles et aussitôt, le petit brun tenta de se rattraper et d'expliquer au mieux la situation. « Avec Bob, son mari. Bonnie est mariée... Et quand on est marié on va au restaurant... on sort... au cinéma et.. » Mon dieu, le pauvre semblait avoir quelques difficultés à s'exprimer. Mais ayant saisit l'idée, je lui épargnais le dur travail d'élocution et levais mon index pour lui faire signe de s'arrêter. C'est bon, j'ai compris ! J'avais un peu de mal à supporter les gens qui ne savaient pas faire une phrase complète. J'aimais quand les choses étaient claires et éloquentes, quand les gens étaient sûr d'eux et de ce qu'ils avançaient. Lui semblait planer à des années lumières d'ici et ça me stressait un peu.

C'est là que je constatais que le fils de Bonnie était en train de dessiner sur le mur et de toute évidence, non, ce n'était pas normal. Je connaissais Bonnie et on ne pouvait pas dire qu'elle était le genre de mère laxiste à accepter de tels écarts. J'avais de plus en plus de doutes quant aux capacités de Lewis à assumer un enfant. Je ne pouvais pas non plus me placer en exemple, j'étais une mère affreuse, mais tout de même ! « Quoi ? » Lewis semblait enfin se réveiller et je lui adressais un petit sourire encourageant alors qu'il se retournait pour s'approcher de son neveux. Et alors que j'attendais cris et remontrances, rien de tout ça ne vint. Non, ce fut l'inverse même. « Ok, voilà l'idée, tu vas chercher l'éponge et tu essayes de nettoyer ça, et si tu y arrives en moins de deux minutes, t'aurais un gâteau... » Je manquais de m'étouffer. Avais-je bien entendu ?! Mes yeux s'écarquillèrent subitement alors que je regardais la scène se dérouler sous mon regard dubitatif. Et l'enfant en profitait honteusement. « ... Un jeu vidéo ? » Je venais claquer ma main contre mon front et échappais un petit : C'est pas vrai ! Je sais, je n'aurais pas dû, après tout ça ne me regardait pas, mais là, ça avait vraiment été plus fort que moi. Lewis était un oncle désastreux niveau autorité et éducation. Toujours sur le perron, mon regard glissa à nouveau vers son caleçon et j'esquissais une petite moue embarrassée avant de rapidement poser mon regard ailleurs. Et alors que j'étais en train de me demander comment il pouvait manquer autant de pudeur, il sembla enfin réaliser. « Je devrais aller enfiler un pantalon. Je reviens, mettez-vous à l'aise. » Je hochais la tête pour approuver cette merveilleuse idée qu'il n'avait malheureusement pas eue avant de venir m'ouvrir la porte. Mais qu'importe, valait mieux tard que jamais. Et, comme si ses paroles pouvaient être mal interprétées il ajouta rapidement : « Je veux dire, asseyez-vous, il y a des bières dans le frigo. » Me prenait-il pour une perverse à l'esprit mal placé ? S'il pensait redescendre et me retrouver en petite tenue dans le salon, il se leurrait. J'avançais à l'intérieur de la maison et rétorquais alors qu'il s'éloignait déjà : Oui, merci, j'avais compris. En plus d'être un mauvais pédagogue exhibitionniste il avait l'esprit mal placé ? Et bah, Bonnie avait tiré le gros lot.

Je refermais la porte derrière moi et regardais Damian revenir avec une éponge imbibée d'eau, tant et si bien que tout gouttait par terre, formant une flaque de plus en plus conséquente autour du garçon. J'inspirais un grand coup et prenais sur moi pour m'empêcher d'intervenir. Ce n'était pas mes affaires, ce n'était pas mes affaires, du calme Tamy. Lewis finit par revenir et s'empressa de ranger un peu le salon qui ne semblait pas vraiment praticable pour le moment. « Alors, qu'est ce qui vous amène ici à cette heure-là ? » Cette heure-là ? Je jetais un coup d’œil à ma montre et réalisait que j'avais peut-être un peu poussé en effet. Je toussotais et tentais de rester décontractée et agréable avant de m'expliquer. Bonnie a oubliée un bijou à son travail, j'ai préféré le récupérer pour éviter un éventuel vol, j'étais juste venu le lui rendre. Ce n'était qu'un bout de la vérité, mais le reste, il n'avait pas besoin de le savoir. Je grimaçais doucement alors qu'il venait de s'enfoncer un domino dans le pied, compatissant à sa douleur. Il se redressa et jeta un coup d'oeil au massacre qu'étais en train de faire Damian. Sans parler du massacre sur le mur, car l'éponge ne faisait qu'étaler de tous les côtés les couleurs et les faisait ruisseler jusqu'au sol. Je jetais un coup d’œil à Lewis, attendant une réaction de sa part, mais il n'en eut qu'une seule : un soupire. Bon, stop, c'était au-dessus de mes forces là ! Je posais brusquement mon sac par terre et retirais mon manteau également avant de le poser sur un meuble qui trainait là et m'approchait du petit garçon que je connaissais déjà. Bon Damian, tu vois bien que tu fais n'importe quoi là ! Viens avec moi. Et sans rien demander à Lewis, je me dirigeais dans la cuisine, suivit par le petit garçon. Je récupérais son éponge, la nettoyais et la déposais sur le rebord de l'évier. Puis, j'attrapais un chiffon et ouvrais les meubles en-dessous de l'évier où je trouvais une serpillère que je tendais à Damian. Tiens, va essuyer l'eau par terre, et correctement. Je le regardais filer et humidifiais le chiffon avant d'y ajouter un peu de savon liquide dessus. Puis, je les rejoignais et donnais le chiffon à Damian. Tiens mon grand, maintenant tu nettoies le mur. Et tu n'auras pas de jeux vidéos, mais si tu fais ça correctement, on ne dira rien à ta maman. J'abusais, c'était évident, mais je détestais quand les choses n'allaient pas comme je voulais. Je me redressais et posais mon regard sur Lewis, visiblement dépassé par les évènements. Je lui désignais la serpillère de mon index et ajoutais : Finissez d'éponger le sol, je vais ramasser vos dominos avant que vous ne vous fassiez vraiment mal. C'est vrai que je donnais l'impression de m'adresser à deux enfants et non pas un enfant et un adulte, mais j'agissais toujours comme ça lorsque je reprenais une situation en main. Je m'éloignais au salon et commençais à réunir tous les dominos en soupirant, dépitée. Mais dans quel monde vivait-il ce Lewis ?

_________________
❝ I hear the birds on the summer breeze, I drive fast. I am alone in the night, been tryin' hard not to get into trouble, but I, I've got a war in my mind. So, I just ride, just ride, I just ride, I just ride. ❞
Revenir en haut Aller en bas
https://stopthief.forumactif.org
Lewis MacKinnon
Lewis MacKinnon

❝ you picked the wrong guy ❞

♦ messages : 74
♦ copyright : dude / tumblr
♦ dc : nope
dominos / tamy Tumblr_lyewtuWKdf1qk6kv8o1_500
♦ statut : en cours de divorce
♦ quartier : logie

dominos / tamy Empty
MessageSujet: Re: dominos / tamy   dominos / tamy EmptySam 14 Sep - 21:29

Oui, Lewis n'était pas la compagnie la plus agréable du monde. Loin de là. Il partait bien souvent dans des laïus insupportable sur combien il était dur d'être seul quand on a été pendant dix ans en couple et marié pendant deux ans. Dix ans, ce n'est pas rien. Dix ans à faire des trucs de couple. Ces derniers mois était une phase d'acclimatation et il n'était pas encore tout à fait au point pour une vie sociale normale. La preuve maintenant. Cinq minutes face à cette inconnue de la nuit et elle semblait déjà agacée lorsqu'il commença à parler de toutes ces activités formidables qu'on fait à deux. C'est bon, j'ai compris ! Lewis se tut donc, légèrement vexé mais aussi honteux. Il regarda le sol une minute se remémorant soudain toutes ces choses qu'il faisait avec Lana au début de leur histoire et se rendait une fois de plus compte de combien il avait été un idiot à la fin de leur histoire. Ranulf, lui, l'emmenait très certainement faire des randonnée, monter à cheval. Cet enfoiré en profitait même pour aller au musée et se faire passer pour un pseudo expert de tel ou tel peintre. Cette pensée crisqua Lewis. Mais pas le temps de appesantir là-dessus car dans le salon un petit individu ne s'intéressait absolument pas aux problèmes de coeur de son oncle et quant à lui, était un véritable petit peintre en herbe. Il faudrait juste qu'on lui apprenne la notion de "toile". Alors que la jolie blonde faisait remarquer que le petit Damian laissait s'exprimer sa créativité sur le mur Lewis accouru pour arrêter le massacre. Il tenta cependant la négociation plutôt que de passer à l'offensive. Non pas qu'il avait peur que Damian ne lui crayonne la face -ça serait vraiment stupide... a-hem.. oui vraiment stupide...- mais il se disait que les compromis font toujours des heureux. N'est-ce pas ? Non, Tamara ne semblait définitivement pas de cet avis : C'est pas vrai ! Lewis plissa les yeux et tourna lentement la tête vers Tamara. Non mais de quoi elle se mêlait ? Blessé dans son égo de super-tonton-gâteau il ne se dégonfla pas et alla à bout de son idée et il lança même un petit regard victorieux quand Damian alla chercher l'éponge, déterminé. Enfin, il n'était pas totalement sûr que Tamara ait compris ce que voulait dire ce petit regard de cow-boy des Appalaches mais en tout cas il lui lança ce regard. Enfin, bref. Ce regard passerait sans doute mieux s'il avait autre chose sur le dos qu'un caleçon. Il décida d'aller se changer.

En revenant, il commença à ranger histoire de paraître moins pathétique qu'il n'en avait l'air et finit par demander la raison de sa visite. Tamara sembla un peu surprise et lança un rapide coup d'oeil à sa montre. Oui madame, il est tard vous savez. Lewis la regarda furtivement tout en continuant de ramasser ses dominos. Bonnie a oubliée un bijou à son travail, j'ai préféré le récupérer pour éviter un éventuel vol, j'étais juste venu le lui rendre. Lewis posa son petit butin de dominos sur la table basse et s'approcha de la visiteuse pour regarder ledit bijou. Un sourire fendit son visage et il se laissa tomber sur le canapé à côté de Tamara, s'emparant du bijou et le regardant avec émotion. Oh, oui. Lana et moi on lui avait acheté ça pour son vingt-huitième anniversaire. Il regarda avec émotion le bijou. Lana est ma femme. Lâcha-t-il soudain avant de s'assombrir et regarder dans le vide, se désintéressant du bijou qu'il balança avec nonchalance sur la table basse. Ex-femme. Corrigea-t-il avait de se relever pour continuer sa quête des dominos. Mais là, comme si Dieu lui envoyait un signe personnel pour lui dire d'arrêter ces échappées intellectuelles et philosophiques sur sa femme. EX-femme : il marcha sur un dominos et étouffa un gémissement absolument ridicule avant de tomber sur son neveu entrain d'inonder le salon : deuxième gémissement. Bon Damian, tu vois bien que tu fais n'importe quoi là ! Viens avec moi. Lewis se tourna soudainement vers la voix qui s'était élevé de nulle part. Tamara était prête à l'emploi. Si, je vous jure. Elle avait posé son sac et retiré son manteau et s'était dirigée vers le garçon. Pire encore, elle se dirigea vers la cuisine pour chercher de quoi nettoyer. Lewis haussa les sourcils, surpris ou choqué. L'un des deux. Il ne pu retenir un : Faites comme chez vous surtout. Lorsqu'il la vit revenir avec la serpillière, il l'interrogea du regard mais elle ne semblait pas trop intéressée par ce qu'il mentalement-demandait. Elle continuait son petit rôle de femme de maison et balançait des directives au petit garçon qui s'exécutait. Oh mais si ça s'arrêtait là... bien sûr que non ! Elle finit par se souvenir de la présence de son hôte et ne s'expliqua sur son comportement, oh que non, elle lui donna, à lui aussi des ordres. Lewis eut un petit rire pensant qu'il s'agissait d'une blague. Mais Damian se tourna vers lui et lui fit les gros yeux : Oncle Lewis !! Lewis écarquilla un peu les yeux. Quoi, elle avait vraiment de l'autorité cette fille, c'était évident. Gros yeux de la part de tout le monde. Lewis leva mains comme pour se faire passer pour un innocent. Ca vaa, je vais le faire. D'un pas traînant il alla jusqu'à la serpillière et se mit à éponger en soupirant longuement lui aussi. Et tout en faisant ça, il leva les yeux sur Tamara qui ramassait les dominos en silence. Il hésita une seconde et puis se jeta à l'eau : Vous avez une famille ? Question bizarre. Il se racla la gorge. Allez, tu peux le faire MacKinnon. Non je dis ça parce que vous pourriez donner des ordres à votre enfant.. Ou votre mari. Ou votre femme. Chacun son truc. De pire en pire. J'dis ça parce que vous avez l'air doué pour donner des ordres aux gens. Il n'avait qu'à moitié finit mais Lewis décréta que cela suffisait. Au pire, l'eau ça nourrissait le bois, donc le parquet non ? Sans doute. En réalité non ça le fait pourrir mais peu importe. Lewis laissa la serpillière où elle était et se releva pour se diriger vers Tamara. Non, sérieusement, vous n'êtes pas obligé de ranger ici, de vous embêter.. Vous pouvez rentrer chez vous. J'ai la situation en main. Dit-il avec un sourire qui se voulait rassurant. Ce qu'il ne savait pas c'était que Tamara n'avait absolument aucune envie de rentrer chez elle. Et c'était sans doute pour ça qu'elle avait besoin de régler le problème ici et d'aider à le faire. Et grâce à Dieu, le problème n'était pas encore réglé. Car Lewis qui voulait montrer combien Damian travaillait bien pour prouver que désormais tout était rentré dans l'ordre découvrit en réalité que le garçon c'était amusé à mettre la serpillière sur sa tête et était complètement plié de rire. Une expression apeuré traversa le visage de Lewis. Mais ce gosse était flippant ! Un vrai petit ange avec ses parents et maintenant il devenait... pire qu'un mec bourré ! What the fuck ?! Oncle Lewis ! J'suis un fantôme ! S'écria le petit. Lewis le fixa un moment. Ce gamin se droguait, c'était désormais une quasi-certitude. Lewis se tourna vers Tamara, un peu gêné : Quand je disais que j'avais la situation en main.. je veux dire... il n'est pas si tard si vous voulez rester un peu.. aucun problème ! En gros : HELP ME PLEASE !

_________________
ranulf is
a jerk
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



dominos / tamy Empty
MessageSujet: Re: dominos / tamy   dominos / tamy Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

dominos / tamy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STOP THIEF! :: les quartiers :: Logie-
www. pub bazzart
www. pub prd
www. top-sites